[Alain]

 C'est donc parti pour quelques analyses peut-être un peu rebutantes mais bien nécessaires pour qui s'intéresse vraiment au sujet.

Dans toutes les actes de vente actuels (autant que je sache !) doivent obligatoirement figurer un certain nombre d'informations sur les "risques" (intérieurs et naturels) du lieu où se trouve le domicile convoité. Il y a ainsi les risques liés à l'amiante, au plomb, etc... Au moins avec du neuf (notre objectif) la question des matériaux "d'intérieur" dangereux ne se pose pas. Reste les risques naturels.

Qu'en est-il pour Fréjus / Saint-Raphael ? Bon c'est sûr il n'y a pas de risques de typhon comme il  vient d'y en avoir aux Philippines ! Mais la région n'était pas non plus totalement tranquille. Il y a en fait deux risques clairement identifiés : le risque inondation et le risque incendie.

Je vais maintenant traiter ça en donnant des liens internet et des citations dès que possible, histoire d'être le plus objectif possible.

 

=== Le risque inondation ===

De manière générale, le Var est confronté à des risques d'inondations non négligeables

(voir http://www.ladepeche.fr/diaporama/inondations-le-var-devaste/474450-5.html )

 Pour information "Puget sur Argens" est une ville voisine de Fréjus / Saint-Raphael. Elle est significative car elle constitue l'un des accès à ces deux villes et offre la plupart des commerces qui manquent à Fréjus / Saint-Raphael.

Voici quelques "témoignages" que j'ai relevé sur internet :

- «Inondations (...) Les violentes précipitations qui se sont abattues sur notre commune le 26 Octobre 2012, ont donné lieu à l’instruction d’une demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. »

(voir http://www.pugetsurargens.fr/modules/news/article.php?storyid=444 )

- «Les pluies torrentielles qui se sont abattues depuis vendredi 4 novembre (2011) dernier sur l’Est-Var ont provoqué de nouvelles inondations d’importance sur la région de Fréjus, notamment les points sensibles que sont la plaine de l’Argens ou encore la zone d’activités de La Palud (...) Mais c’est surtout l’exceptionnelle intensité de ces précipitations conjuguée en un laps de temps extrêmement court qui a fait déborder les cours d’eau et engendré cette nouvelle catastrophe après celle de juin 2010.»

(voir http://www.ville-frejus.fr/2011/inondations-la-ville-au-cote-des-sinistres )

- «Inondations de juin 2010 dans le Var. La crue a également touché (...) Fréjus, Roquebrune-sur-Argens ou encore Puget-sur-Argens, dans la plaine de l'Argens. Elle a fait 26 morts et disparus. Il s'agit d'une des plus graves catastrophes civiles de la France contemporaine.»

(voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Inondations_de_juin_2010_dans_le_Var )

- «La Palud. La déprise des terrains agricoles a peu à peu permis l’installation progressive de nombreuses activités artisanales et commerciales (...) plus d’une centaine d’entreprises y sont installées (...) le caractère inondable de la zone a totalement été oublié jusqu’en décembre 2006 date à laquelle la zone a été submergée par une inondation durant la nuit. Ensuite, en 2010, un nouvel épisode orageux fut à l’origine d’une autre inondation et enfin en 2011, rebelote !»

(voir  http://www.preventimmo.fr/inondations-du-var-analyse-expert )

 

=== Le risque incendie ===

 De manière générale, le risque incendie (forestier) est aussi très important dans la région du Var. Non seulement  en fréquence mais aussi la plupart du temps en intensité (par exemple : 14 000 ha ont été brûlés en 2003 !).  Le phénomène est tellement important que l'Etat a mis en place plusieurs pages au sujet de la gestion des feux de forêts dans le var sur son site. On peut y lire :  «Le Var est le département le plus boisé de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (58% de sa superficie soit plus de 350 000 ha). En ajoutant ses 68 000 ha de landes, le territoire est constitué à 70% d’espaces combustibles. (...)  Chaque été, 120 incendies en moyenne détruisent 2300 ha de forêt. (...) Les feux de forêt sont très coûteux en termes d’impact humain, économique, matériel et environnemental. La disparition de la couverture végétale aggrave les phénomènes d’érosion et les conditions de ruissellement des eaux superficielles. La destruction des paysages suite au passage des flammes a un fort impact visuel pour la population. Les incendies répétitifs détruisent de façon quasiment irréversible le patrimoine naturel.»

( voir http://www.var.gouv.fr/campagne-feux-de-forets-2013-dans-a3399.html )

 C'est plus particulièrement vrai dans le secteur de Fréjus : «L'incendie n'est pas un phénomène récent, mais aujourd'hui le risque incendie s'aggrave (...).  L'expansion de Frejus et des peuplements forestiers au détriment des terres agricoles a fait augmenter le couvert forestier et les contacts entre urbanisation et espaces naturels sensibles. »

(voir http://www.prevention-incendie-foret.com/dossier/acces-aux-massifs.php#.UmTK5RBn1tQ)

 Presque chaque année des incendies forestiers se  déclarent à Fréjus dont certains ont été d'une importance telle que cela a déjà entrainé l'évacuation des campings ou du camp militaire voisin !!!  Un exemple parmi tant d'autres le 5 juillet 2005 :  «Le feu, qui s'est propagé d'ouest en est dans des zones boisées, "a parcouru 800 hectares, ce qui représente 650 hectares brûlés". (...) Le feu a également brièvement pénétré dans le périmètre du camp militaire du 21e régiment d'infanterie de marine (RIMA) de Fréjus, avant d'être arrêté par une digue. (...) Plus d'une vingtaine de groupes d'intervention, soit au total 500 hommes [sapeurs pompiers] et 64 véhicules, avec l'appui aérien de neuf avions et deux hélicoptères bombardiers d'eau, ont été dépêchés sur les lieux. (...) "5 000 personnes" selon les pompiers, ont évacué ces campings de Fréjus. (...) "J'ai toujours peur, je ne suis pas surprise. J'ai toujours dit que le feu arriverait dans le camping, il y a trop de pins, ça fait des semaines que je dis qu'on va cramer", a témoigné Sylvie A., âgée d'une quarantaine d'années, qui occupe un mobil- home à l'année au camping du Pin de la Lègue, à Fréjus. (...) Deux pompiers ont été légèrement blessés. »

(voirhttp://www.lemonde.fr/international/article/2005/07/06/incendies-dans-le-var-des-milliers-de-personnes-evacuees_669827_3210.html )

 Le dernier incendie en date dans le quartier de Fréjus date du 21 août 2013 : «Un incendie s'est déclaré sur les hauteurs de Gonfaron aux alentours de 17 heures. D'importants moyens ont été engagés pour circonscrire le sinistre qui a détruit 2,5 ha de végétation.»

(voir http://www.varmatin.com/brignoles/diapo-deux-hectares-incendies-aux-portes-de-gonfaron.1376025.html)

 On prend même l'exemple de Fréjus comme sujet d'étude auprès des étudiants : «Région touristique très fréquentée en période estivale, l’agglomération de Fréjus et ses espaces forestiers sont régulièrement affectés par des incendies. En quoi les actions de la gestion du risque s’inscrivent-elles dans les volets viable, vivable et équitable du développement durable ?»

(vu sur Eduscol, le portail Education Nationale des professionnels de l'éducation. Entrer les mots "incendies" et "Fréjus" dans le moteur de recherche du site et cliquer sur le lien "les incendies de forêt dans la région de Fréjus".)

 

Conclusion :

- Si les inondations à Fréjus ne seront jamais aussi grave que l'explosion du barrage de Malpasset en 1959, les informations recueillies nous montrent que le risque d'être confronté à l'eau dans le secteur de Fréjus / Saint-Raphael existe. Ainsi il convient de bien se renseigner sur les emplacements des nouvelles constructions afin de savoir si il y a une probabilité importante ou pas d'y être confronté. Le risque inondation est un risque qui n'est habituellement pas trop difficile à prévoir car il a souvent lieu aux mêmes endroits d'années en années.  Donc en enquêtant un peu dans les archives d'une ville ou dans les médias, il est possible de savoir à quoi s'attendre.

- Le risque d'être confronté au feu dans le secteur de Fréjus / Saint-Raphael n'est pas nul non plus ! Et là le risque est beaucoup plus sournois. En effet, dépendant du vent et du point de départ des foyers, se montre en général assez imprévisible.

 Voilà donc ce qu'on pouvait dire sur ces deux types de risques... La prochaine fois je vous parlerai du premier "domaine" auquel nous nous sommes intéressés Maria et moi. Vous verrez qu'au delà des apparences il y avait quelques surprises au rendez-vous...

 <à suivre>